Article sur Dr Georgi et Moll : Au delà d’une Vision ...

„Damit die Großregion nicht bloß Vision bleibt“ – Saarbrücker Zeitung 25. November 2015

Pour que la Grande Région ne reste pas que vision Nouvelles propositions pour une identification plus grande avec le projet La Grande Région se situe toujours en dessous du seuil de perception du grand public. Un nouveau livre a pour objectif d’ancrer cette idée suprarégionale dans la tête des politiciens et des citoyens. Lars Reusch, membre de la rédaction du quotidien « Saarbrücker Zeitung »

Sarrebruck. L’objectif est noble : les habitants des zones frontalières doivent s’identifier en tant que « citoyens de la Grande Région ». Tel est le souhait de Monsieur Hanspeter Georgi, vice-président de l’Institut de la Grande Région (IGR) et ancien ministre de l’économie en Sarre. Hier, à Sarrebruck, Georgi et Peter Moll, membre du conseil d’administration de l’IGR, ont présenté un petit livre qui s’intéresse à l’évolution du projet Grande Région. En 2003, le Sommet de la Grande Région, qui prend forme en des rencontres régulières des exécutifs politiques des différentes régions, a développé la « Vision d’Avenir 2020 ». Le livre s’appuie sur cette Vision d’Avenir désormais âgée de 12 ans – et y voit encore pas mal de retard à rattraper dans la réalisation de cette vision. Selon Georgi, trois objectifs sont à poursuivre : Outre l’identification des citoyens avec la Grande Région, la visibilité à l’intérieur et vers l’extérieur devrait être améliorée, et le potentiel commun dans les secteurs de l’économie et de l’emploi devrait être exploité. Pour cela, l’IGR – une association qui s’engage pour le développement de la Grande Région – propose quelques mesures.

Le plus important est donc la définition du territoire que comprend la Grande Région. Tout particulièrement compte tenu de la réorganisation territoriale en France, où, à partir de 2016, les régions Alsace, Champagne-Ardenne et la Lorraine formeront une seule région (ACAL). L’IGR se prononce pour le territoire SaarLorLux-Trèves/Palatinat occidental, déjà à la base de la coopération transfrontalière antérieure, élargi à la Province du Luxembourg belge et la Communauté germanophone de Belgique.

De plus, selon Peter Moll, une coordination des plans adoptés est essentielle. « Pour l’instant, les différents gouvernements parviennent à se mettre d’accord sur des mesures communes, et puis, chacun les met en œuvre individuellement dans sa région », indique Moll. Ce qui fait défaut, est une mise en œuvre centralisée. Il faudrait donc : un secrétaire général politique, responsable de la mise en œuvre de la stratégie. Ainsi que des agences centrales pour le multilinguisme et la culture ainsi que pour le tourisme, dotées d’un budget propre. Le Sommet devrait augmenter la fréquence de ses rencontres. Pour que la Grande Région soit perçue comme telle par le public, par les citoyens. Et que le souhait de Georgi, être un citoyen parmi les nombreux « citoyens de la Grande Région » se réalise. • Le livre « Une stratégie politique et régionale pour la Grande Région » est téléchargeable sur le site internet de l’IGR : www.institut-gr.lu. L’IGR se réjouit à l’idée de recevoir les avis et remarques des citoyens intéressés.

© IGR asbl 2010